Liste des espèces

Liste provisoire des espèces proposées par le Groupe de Maintenance de Poissons de Forme Sauvage (GMPFS):

(Les espèces dont le nom est suivi d'un astérisque (*) sont déjà parrainées)

Aplocheilidae (killies):

Poeciliidae (vivipares):

Osphronemidae (gouramis):

Cyprinidae:

Cichlidae:

Commentaires sur les espèces:


Pachypanchax sp Ramena:

Commentaire de Pierre-Alain Leresche: espèce facile à reproduire, si bien nourris les adultes ne mangent pas les alevins, mais pour plus de résultats, je récupère les petits tous les jours. Eau moyenne à dure. Température entre 22 et 28°C.
Commentaire de Patrick de Rham: Dans la nature, cette population vivait dans une eau douce et acide! Mais comme beaucoup de poissons malgaches, ils semblent être indifférents à la dureté ou au pH de l'eau. Par contre tous les Pachypanchax d'après mon expérience sont stimulés par de l'eau neuve qu'ils supportent très bien et qui provoque la ponte. La souche de cette population a été collectée dans un petit ruisseau sortant de la base d'une falaise (source)qui quelques mètres plus loin se jetait dans la rivière Ramena qui est un grand affluent de la rive droite du fleuve Sambirano, un des plus grands cours d'eau du Nord-Ouest de Madagascar se jetant dans la mer près de la ville d'Ambanja et un peu au sud de l'île de Nosy Be sur laquelle vit la population typique de P. omalonotus. Les poissons de la Ramena (il y en avait également sur les bords de la rivière) sont considérés comme appartenant à cette espèce (P. omalonotus), bien qu'ils diffèrent un peu de la population type, étant plus colorés et atteignant une plus grande taille.

[ Top ]

pachypanchax_playfairii_2

Pachypanchax playfairii, photo © Winfried Stenglein

Pachypanchax playfairii:

Commentaire de Pierre-Alain Leresche: espèce facile à reproduire, mais les parents mangent tous les œufs et alevins. Pour les reproduire, je sépare une femelle pendant 1 semaine, et ensuite je place le couple bien nourri dans un aquarium avec beaucoup de plantes. Il faut retirer le couple dès la ponte terminée, soit entre ½ à 1 jour. Eau moyenne à dure. Température entre 22 et 28°C.
Commentaire de Patrick de Rham: Cette souche provient de la petite rivière Salazie (plutôt un ruisseau) qui se trouve sur la côte nord de l'île de Praslin (la seconde plus grande île des Seychelles). L'eau de la Salazie était aussi plutôt douce et acide, les Seychelles comme le bassin de la Ramena ayant une base géologique de granit. Cependant P. playfairii doit être assez indifférent à la qualité de l'eau car on en trouve aussi en eau saumâtre. Il est possible que la population du nord de Praslin corresponde à une espèce distincte de P. playfairii qui serait originaire du nord-est de la plus grande île, Mahé. La coloration de base jaune avec des points rouges de la population du NE de Mahé est bien différente. C'était celle qu'on trouvait dans le commerce de temps à autre. Paul Loiselle aimerait aussi beaucoup recevoir des oeufs fertiles de ce poisson, les exemplaires vivants que je lui avait apportés en 2003 étant morts rapidement après leur arrivée aux USA. Je pense qu'il faudrait attendre qu'il fasse plus chaud pour essayer d'envoyer des oeufs. Je pense que ceux-ci pourraient être mis entre deux feuilles de papier buvard humide placées dans un sachet plastique, une enveloppe ordinaire et le tout envoyé comme une simple lettre. Paul Loiselle et son ami Glenn Courier aimeraient faire l'analyse ADN de ces poissons qui sont finalement encore mal connus scientifiquement.

[ Top ]

poecillia_salvatoris

Poecilia cf. salvatoris, photo © Anika Börries

Poecilia cf. salvatoris:

Commentaire de Patrick de Rham: Nous avons collecté la souche de ce beau molly près de San Lorenzo au Nicaragua. Cette espèce a d'abord été reproduite par Jacques Blanc de Manosque qui m'a donné des exemplaires qui se sont à leur tour très bien reproduits dehors l'été passé dans une bassine de 125 cm de diamètre placée à l'extérieure sur une terrasse ensoleillée que j'emploie pour mes élevages estivaux. Mon plus grand exemplaire mâle est assez beau, mais il ne peut rivaliser par sa taille et ses couleurs avec les grands mâles dominants sauvages, corps bleu et nageoires rose vif, qui étaient splendides. Il y a là un challenge pour l'éleveur de redonner à ces poissons en captivité la taille et les couleurs de leurs ancêtres sauvages. C'est un cas intéressant, en quelque sorte à l'opposé de la création de nouvelles formes de sélection décoratives, puisqu'il s'agit en quelque sorte de revenir à l'apparence des sujets sauvages.

[ Top ]

Macropodus_ocellatus

Macrpodus ocellatus Photo © MP & C Piednoir / Aquapress.com

Macropodus ocellatus

[ Top ]

pseudosphronemus_cupanus

Pseudosphronemus cupanus, photo © Johnny Jensen

Pseudosphromenus cupanus:

Commentaire de Pierre-Alain Leresche: nid de bulle dans cavité, alevins petits ne mangeant pas directement des artémias. Eau très douce à douce. Température 24 à 28°C.
Commentaire de Patrick de Rham: J'ai trouvé cette espèce dans quelques endroits du Sud de l'Inde tant sur le versant oriental (État du Tamil Nadu que sur l'occidental (État du Kerala). C'est une espèce qui parait être très commune dans la nature, mais je ne l'ai jamais vue en vente dans le commerce, d'où quand même l'intérêt d'essayer de maintenir cette souche. La souche de Pierre-Alain a été collectée à Kumarakom au bord du lac Verbanad dans de petits canaux artificiels qui drainaient le terrain marécageux sur lequel étaient établis les pavillons de notre hôtel "Aquascapes". Un vrai paradis pour un aquariophile qui n'avait qu'à sortir de son bungalow pour se mettre à la pêche! Dans les canaux (env. 1-1,50 m de profondeur, 2 m de large) il y avait un grand nombre d'espèces de petits poissons, parmi elles l'autre espèce du genre, Pseudosphromenus dayi également ramenée et élevée par Pierre-Alain qui je l'espère arrivera à sauver la souche, car cette espèce est plus jolie et moins commune que P. cupanus. Je ne n'ai trouvé P. dayii qu'à cet endroit lors de notre voyage de janvier-février 2000 en Inde du Sud. L'eau des canaux avait une conductivité assez élevée, environ 800 microsiemens. Probablement à cause de traces de sel marin, le lac Verbanad fait partie d'une lagune côtière d'eau saumâtre dont il a été séparé par la construction d'une digue qui au nord l'isole et empêche l'eau salée d'entrer.

[ Top ]

tanichthys_micagemmae

Tanichthys micagemmae, photo © Michael Norén

Tanichthys micagemmae:

Commentaire de Philippe Chevoleau: J'avais placé quelques T. micagemmae dans un bac de 360 L, ce qui m'a permis de faire des observations intéressantes sur leur comportement qui n'a absolument rien à voir avec T. albonubes. Je le signalais déjà dans un article paru dans AQUA Plaisir, c'est-à-dire que les mâles dominants sont plutôt territoriaux ! Bon, heureusement, il n'y a que quelques poursuites, pas de blessures. Mais je peux confirmer que ce n'était pas un cas exceptionnel et pas dû au manque de place à l'époque.
Si l'on met quelques T. albonubes en bassin (en Provence en tout cas) on se retrouve habituellement vite envahi. Malheureusement, ce n'est pas le cas avec T. micagemmae. Je n'ai récupéré que deux alevins, ce qui n'est pas beaucoup ! Je pense que ça vient du fait que le sol, à part le sable, était nu. A priori, même si ce ne sont pas de gros mangeurs d'oeufs, ils doivent donc quand même en dévorer (je ne fait que supposer, car je ne les ai pas vu faire).
Par chance, j'avais gardé quelques spécimens dans un bac de 25 litres avec un sol tapissé de plantes plastiques (aspect plutôt "kitsch", mais idéal pour la reproduction de quelques Cyprinidés ou Characoïdes). Et là, j'ai bien une quinzaine d'alevins ou plus.

[ Top ]

astronotus_ocellatus

Astronotus ocellatus, photo © André Mantz

Astronotus ocellatus:

Commentaire de Patrick de Rham: Espèce commune en aquariophilie, mais "ma" souche est sauvage et provient d'un lac près d'Iquitos au Pérou. J'ai actuellement 3 adultes ramenés en 1998 et une dizaine de grands jeunes F1 qu'il serait important de reproduire à leur tour, car les exemplaires de l'espèce qu'on trouve dans le commerce sont tous des dégénérés, "modifiés". "Ma" souche doit encore exister en France

[ Top ]

paretroplus_tsimoly

Paretroplus tsimoly, photo © Jeff Dubosc

Paretroplus tsimoly:

Commentaire de Patrick de Rham: Espèce rare et en danger de Madagascar, très proche du lamena, Paretroplus nourissati.

[ Top ]

tahuantinsuyoa_macantzatza

Tahuantinsuyoa macantzatza, photo © Philppe Burnel

Tahuantinsuyoa macantzatza:

Commentaire de Patrick de Rham: très intéressante espèce endémique du bassin du Rio Aguaytia au Pérou.

[ Top ]

Contact: Laurent Cordonier, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , tél. ++41 79 630 14 81

[ Top ]

 
Conférences
Contact
Visites
Aujourd'hui42
Hier41
Cette semaine42
Ce mois578
Tous53344